Billet d’humeur : De l’utopie à la Réalité

Aujourd’hui j’avais envie de vous partager un article un peu plus personnel plus communément appelé « Billet d’humeur » dans la blogosphère. Peut-être que vous aussi vous êtes ou vous passez par ce cap au quel cas je me sentirais moins seule.

15032836_10154693448626563_1786172357592663732_n

Finis les rêves d’adolescent, l’insouciance du lendemain, les études, les hésitations du quotidien. Ce fameux cap des 25 ans, vous voyez où je veux en venir? Ce face à face avec la réalité, qui d’ailleurs ne s’avère pas aussi belle et joyeuse que dans les contes de fées. « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », c’est plutôt un vol rempli de turbulences tu veux dire.
Le cap des 25 ans, ça m’est un peu tombé dessus le jour de mon anniversaire, c’est arrivé comme ça sans prévenir. J’ai commencé à avoir un petit coup de mou, de blues, une remise en question.. dit comme ça c’est un peu la dépression. On finit par prendre conscience qu’on est plus proche des 30 ans , des 35 ans que de nos 10 ans, et que tous les éléments de notre vie privée et professionnelle s’accordent-elles aussi sur ce point. En fait j’ai clairement cette impression d’être dépassée par le temps et de ne plus être « jeune » si vous voyez ce que je veux dire.

Un moment de bascule dans ta vie.. Y’a 10 ans si on m’avait posé la question de ce que je serais à 25 ans, j’aurais surement répondu : Une vie pleine d’aventure mais bien évidemment un emploi et une relation stable et de longue durée, un train de vie qui commence à se régler en fait. Mais quand je regarde autour de moi j’ai cette impression d’être partout et nul part à la fois, je n’ai pas d’emploi stable et encore moins une train lancé sur les rails de la vie. Je crois bien que je ne me suis jamais autant cherché que maintenant.

Et puis il y aussi la pression sociale que l’on ne ressentait pas forcément avant : tes amis qui avancent alors que toi tu as juste l’impression de stagner, voir même de reculer en fait, d’autres qui se marient ou ont un enfant. Alors là c’est un peu la panique, on commence à se mettre la pression, on commences à perdre son insouciance d’avant sans vraiment le vouloir au fond de soi. Ce n’est pas que je les envie, avoir des enfants, me marier ne sont pas du tout mes priorités du moment, mais ça reste assez flippant de voir les autres avancer alors que de ton côté tu n’as pas trouvé cette stabilité et au fond de toi tu te demandes même si tu veux vraiment la trouver.
Arrive alors le moment où tu te demandes si tu es bien conforme aux critères de la société. En fait sans vous mentir j’ai clairement l’impression de ne pas où ne plus correspondre à cette génération. J’ai encore du mal à m’imaginer avec un emploi fixe, une famille , une maison et tout ce qui correspond au modèle social. J’ai juste l’impression que tout est bouché de mon côté. Est-ce que c’est pas ça l’avenir finalement, choisir la facilité et partir dès que ça devient trop concret, recommencer à zéro dès que tout se précise? Choisir de fuir tout simplement , mais est-ce que ça nous rendra plus heureux pour autant ? C’est un peu comme essayer de guérir une blessure sans la soigner, ça laisse toujours des traces.

Le plus dure je pense que c’est cette perte d’illusions, ses illusions qu’au fond tu as construis depuis ton plus jeune âge jusqu’à tes études. Tu te retrouves face aux réalités de la vie, et la tu commences à penser à ton nouveau « moi » en quelque sorte. Bizarrement ta remise en question professionnelle joue aussi sur le domaine affectif. Tous ses stéréotypes qu’on entend «grandes études bon travail », c’est la désillusion… tu avais peut-être trop idéalisé ton futur à l’époque. Tes rêves de grandes carrières et de vie se retrouvent bouleversés.

Je me suis demandée ce qui jouait sur mes insomnies, mon instabilité émotionnelle, mon insécurité, cette envie du coup de stabilité affective que je ne recherchais pas forcément avant , ce stress continu. Ce découragement perpétuel et surtout le plus dur … ce sentiment de se sentir vide de sens. Finalement je pense que j’ai trouvé … grandir ça me fait plus peur que ce j’imaginais.
Quand on y pense ça ressemble vraiment à un deuil, le cap des 25 ans !

Bref j’ai le blues des 25 ans …

3 Comments on Billet d’humeur : De l’utopie à la Réalité

  1. Booccinell
    22 janvier 2017 at 19 h 05 min (9 mois ago)

    Les mots bien choisis, j’ai l’impression de lire dans mes pensées quand je parcours ton article, tu as su choisir les bons mots et toujours mettre en avant la peur qu’on a lorsqu’on regarde comment cela se passe autour de nous… Cela m’a pris quelques semaines pour réaliser que j’avais 25 ans et surtout que ce n’était pas grâce si on ne rentre pas dans les clichés car qui de nos jours est PARFAIT ou à la VIE PARFAITE. Il faut savoir apprécier et vivre de ce que l’on a et surtout d’être heureux de les avoir et de toujours continuer à avancer vers nos rêves.
    Sur ce joli article, je te souhaite un bon dimanche soir et surtout de vivre le moment présent et d’avancer vers l’avenir même si cela fait peur :)

    Répondre
  2. Adeline
    22 janvier 2017 at 19 h 46 min (9 mois ago)

    Mon père dit toujours « ti lamp ti lamp nou va arrivé ». Ce qui te freine dans la vie c’est la comparaison sans cesse à l’Autre. Peu importe la vitesse à laquelle tu « avances » dans la vie, peu importe si il te faut plus de temps pour te trouver personnellement ou professionnellement. Avant tout il te faut t’accepter, toi, ton passée, tes erreurs, et tes réussites surtout! Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais tout commence par l’acceptation de soi. Il n’y a pas de recette magique comme dans les contes de fées et je te rejoins sur la désillusion grandissante qui apparaît avec le passage des 25 ans. Je t’apprécie beaucoup Fanny et j’ai l’impression qu’on s’est souvent remises en question pour les mêmes raisons. Je t’inviterais bien à aller boire un café pour en discuter mais je ne rentre qu’en septembre, alors si jamais t’as envie de partager tes angoisses avec les miennes je suis là. <3

    Répondre
  3. Chris
    23 janvier 2017 at 21 h 25 min (9 mois ago)

    Je comprends parfaitement ce que tu ressens. Moi encore mainteant à 28 ans presque 29 j’ai les mêmes « sentiments » que toi.
    Je vois mes amis d’enfance se marier, avoir des enfant, un boulot stable, etc. Et moi je fais quoi ? Je stagne, voir même je régresse, tout m’intéresse et en même temps rien ne m’intéresse.
    J’ai beaucoup de choses que d’autres voudrais, mais je n’ai pas ce que je veux vraiment et d’ailleurs je ne sais pas ce que c’est parce que j’ai tout ce que je veux sauf un boulot stable et en même temps je sais que si je l’avais ça ne me conviendrait pas.
    Plus je vieilli plus j’ai le sentiment d’avoir loupé un croisement dans ma vie, d’avoir fais un choix que je n’aurais pas du. Et plus j’avance plus je perds mon chemin car je n’ai pas de « guide », je n’ai pas de « phare » capable de me donner le cap pour attendre la côte sans encombre…

    Enfin bref voilà, ton post à raisonné en moi comme un écho peut être que ça m’aidera à débloquer un peu les choses…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *